de La Ville aux Oiseaux
 

 

Accueil
Les origines
Les sires de Matignon
de Beaucorps
de Beaucorps-Dieudy
de Beaufort
des Briands
de Gacé
de Kerilan
de La Bouëtardais
de La Moussaye
de La Raimbaudière
de La Ravillays
de La Ville aux Oiseaux
du Launay Comatz
de Legoumar
de Marcé (I)
de Marcé (II)
de Miniac
de Pontouraude
des Rochettes
de Saint Loyal
de Thaumatz
de Touraude
de Vaucouleurs
du Vaudurand
du Vaumeloysel
du Vaurouault
du Verger
Tables
Liens

 

Branche éteinte, issue des Gouyon du Vaurouault

 

Bertrand (1549 - 1614)

Jean (1580 – 1647)

 

 

 

 

C'est de cette branche que sont sortis les branches de Miniac, du Vandurand et le rameau de La Rivière-Vaudurand.

[15]

Page 337

Addenda et errata à propos de Bertrand

Il est né le 15 décembre 1549 [P :: Bertrand Collas, seigneur du Tertrebaron ; M :: Jacqueline Le Porc]. Il est chevalier de l’ordre du roi en 1612, gentilhomme ordinaire de sa chambre, son pensionnaire en Bretagne, capitaine du château et forteresse de Combourg, commandant à Saint-Malo sous le marquis de Coëtquen, maréchal des logis d’une compagnie de 50 hommes d’armes.

Il s’était marié vers 1585 avec Suzanne Le Chauff, dame de La Ville-aux-Oyseault. En Saint-Jean-des-Guérets, diocèse de Saint-Malo, veuve de Thébaut Le Denays. seigneur de Saint Gautrel, mort en 1578. Elle avait été baptisée à Saint-Jouan-des-Guérets le 12 octobre 1554 et était lme fille de noble écuyer Julien Le Chauff, seigneur de la Ville aux Oyseault, procureur de la cour de Saint-Malo en 1555, seigneur du Vaudurant et de La Motte Linon, et de Mathurine de La Bouxière.

Bertrand a été inhumé à Saint-Malo le 23 mars 1614. Son épouse lui avait donné :

bullet

Jeanne, baptisée à Pléboulle en 1572 [P :: Lancelot Gouyon, seigneur du Vaurouault ; M :: Jeanne des Nos, dame du Vaumeloysel].

bullet

Renée, baptisée à Pléboulle le 20 août 1574 [P :: Jan Gouyon, seigneur de La Ville Gourre ; M :: Renée Lambert et Jacquemine des Nos].

bullet

Jean, tige de la branche de Miniac (voir page 341).

bullet

Briand, baptisé à Saint-Jean-des-Guérets le 25 février 1582 [P :: Briand de Trémigon, seigneur de Quériguan et Guillaume Bardel, seigneur de La Herveyac ; M :: demoiselle Bertranne Leport, dame de La Pourventaye] Il est seigneur de Vautouraude, en Saint-Méloir, év. de Saint-Malo. Il reçut de son père le 14 août 1608 ce qui lui revenait de succession de son aïeul Lancelot Gouyon [Preuves de Saint Cyr de Louise Perrine. Bon de Rosmorduc].

bullet

Mathurine Gouyon, baptisée à Saint-Jouan-des-Guérets le 25 mai 1583 [P :: Nobles Homs Jehan Gouyon, seigneur de La Croix avec Tristane de Trémigon ; M :: Mathurine de La Gouézièren dame Desfossez], dame de Champfleury et de Crémeur. Elle est présente au mariage de sa sœur Michelle en 1622. Elle épouse en 1601 Jean Jocet [Bon de Rosmorduc], écuyer, sieur de Crémeur et de La Motte-Girault, veuf de Catherine de Langourla, né à Saint-Malo le 11 février 1551, fils de noble homme Nicolas Jocet, sieur de La Motte-Girault, alloué de Saint-Malo, et de Louise Jouan.

bullet

François, baptisé Saint-Jean-des-Guérets le 16 octobre 1584 [P :: N. H. Franczoys de Vaultcoulleur, seigneur de Chastaux, Honnest homme Jehan Lelarge, seigneur de la Barre, avec demoyselle Rollande, dame de …].

bullet

Mathurin, baptisé à Saint-Jean-des-Guérets le 16 février 1586 [P :: N. H. Charles Gouyon, sieur du Vaurouault, grand compère avec escuier Tristan Lebet, seigneur de La Tréherays ; M :: Tristanne Lambert, dame de la Roche, commère].

bullet

Jacques, baptisé à Saint-Jean des Guérets le 1er avril 1587 ; auteur de la branche du Vaudurant (voir p. 349).

bullet

Robinne, baptisée à Saint-Jean-des-Guérets le 12 avril 1588 [P :: N.H. Christofle Gouyon, seigneur du Vergier ; M :: Robine Lambert, dame de la Basre et de la Ville Esnaulx, demoyselle Françoise Lemerre].

bullet

Charlotte, baptisée à Saint-Malo le 15 février 1590.

bullet

Michelle Gouyon, dame de La Ville-aux-Oiseaux, baptisée à Saint-Malo le 5 février 1592. Elle épouse le 22 juillet 1622 (contrat du 5 juillet [Arrêt de Maintenance des La Motte], Jacques de La Motte, écuyer, seigneur des Portes, fils aîné d’écuyer Louis de La Motte, seigneur de Vauvert, et de Mauricette de La Touche [BNF, Richelieu, Nouveau d’Hozier, 248], marraine, le 15 novembre 1623, de sa sœur Madeleine. Elle est dite fille puînée dans son contrat de mariage.

bullet

Charles Gouyon, auteur du rameau de La Rivière Vaudurand, voir branche de Vaudurand

 Page 338

Addenda et errata à propos de Jean

Jean Gouyon, écuyer, seigneur de La Ville-aux-Oiseaux, est baptisé à Saint-Jean-des-Guérets le 18 octobre 1580.

Il se marie quatre fois. En premières noces [Contrat du 7 avril 1606] en la chapelle de La Bouexière, à Saint-Donatien, le 20 mai 1606 [Vte Paul de Freslon, Anciens registres de Nantes], avec Marie de La Bouexière, fille aînée de feu Olivier de La Bouexière, écuyer, seigneur de La Bouexière, et de Marthe Liret. Marie est morte sans enfant, semble-t-il, avant 1607.

En deuxièmes noces, Bertrand épouse Madeleine Ferré, fille de Jean, seigneur de Pouilloc, et de Francine Foucaud, veuve de Thomas de La Moussaye, seigneur de Carcouët. Elle meurt et est inhumée à Saint-Malo le 17 mai 1608, lendemain du baptême à Saint-Jouan-des-Guérets de sa fille[Pâris-Jallobert] :

bullet

Magdeleine, baptisée à Saint-Jouan-des-Guérets le 16 mai 1608, inhumée en Saint Aubin de Rennes le 22 mai 16... Elle avait épousé [Traité de mariage passé à Rennes le 5 février 1624, devant Gapais et Cormier, notaires et tabellions royaux, avec une dot de 24 000 livres (preuves pour Saint Lazare de messire Jules-Basile Ferron de La Ferronays, évêque de Bayonne. AN, M 615-3)] le 5 février 1624 Jacques Ferron, seigneur de La Ferronays en Calorguen, évêché de Saint-Malo, veuf de Gabrielle de Saint Pern. Jacques Ferron est né à La Ferronays le 29 juillet 1603. Il est gendarme de la compagnie du Cardinal de Richelieu de 1632 à 1636, lieutenant de celle de son beau-père au régiment de Bretagne en 1636. Il est mort en janvier 1653. Il était le fils de René Ferron, seigneur de La Ferronays, La Chesnay et La Boullaye, et de Jeanne d’Yvignac. Elle a sept enfants dont elle sera tutrice à la mort de son époux. L’aîné, Jacques, lieutenant du roi dans le château de Vincennes, épouse Marguerite du Vouldi, fille de Jean, seigneur de Parez, maître d’hôtel du roi ; Marguerite du Vouldi lui donne un fils, Pierre-Jacques-Louis-Auguste Ferron, comte de La Ferronnays, seigneur de Saint-Mars-la-Jaille, de Maumusson, de Pouillé et de Bonœuvre, colonel d’un régiment de cavalerie et gouverneur de Dôle [AD 44, E 833] Dans son testament [Devant André et Bretin, notaires royaux à Rennes] du 17 décembre 1694, elle élit sépulture en l’église paroissiale de Saint Aubin de Rennes. Elle était marraine d’un Bosquet, à Dinan, le 30 juin 1654 [Pâris-Jallobert].

En troisièmes noces, Jean épouse vers 1609 Marguerite de Quilfistre [Arrêt de maintenance Quilfistre, BNF Richelieu, Nouveau d’Hozier, 278], née vers 1577 [Chérin, 166], dame douairière de Coëtalan, fille de Simon, seigneur de Trémouhart, et de Jeanne de La Vallée, qui lui donna deux enfants :

bullet

Marguerite, née le 10 mars 1610 à Meucon [AD 56, E – 1201] [P :: Christophe Gouyon, écuyer ; M :: Jeanne Cado, dame de Couëtralan].

bullet

Bertrand, seigneur de Miniac, né et baptisé le 17 juin 1612 à Meucon [AD 56, E – 1201] [P :: Bertrand Gouyon, seigneur du Vaudurant, son aïeul : M :: Julienne-Philippote, dame de Kerguisec]. Il transige le 28 août 1650 avec son oncle, François de Quilfistre sur le partage de ses grands-parents [Arrêt de maintenance Quilfistre, BNF Richelieu, Nouveau d’Hozier, 278]. Le 9 juillet 1652, il vend Miniac à Guillaume Le Clavier, époux de Françoise Trublet.

En quatrièmes noces, par contrat du 1er juillet 1617 [Arrêt de maintenance], il épouse Madeleine de La Rouveraye, dame de Saint Midey, mariage béni le lendemain à La Selle Craonnaise (Maine). Elle était la fille d’Anne de Chivré et de Nicolas de La Rouveraye, dont le frère René, capitaine huguenot, dit le diable de Bressault, eut la tête tranchée le 10 novembre 1571, vigile de la Saint Martin, sur la place du Pilori à Angers. Madeleine de La Rouveraye était la veuve de Pierre de Chamballan, seigneur de La Ricordaye.

En 1620 Jean est connétable de Saint-Malo, capitaine du château de Solidor et chevalier de Saint-Michel.

En 1629, il est écuyer de la Grande Écurie de Sa Majesté [Contrat devant Gaune et Guichet, notaires royaux à Saint-Malo].

Le 12 avril 1633, Jean Gouyon vend la Ville-aux-Oyseault pour 55 406 livres à Guyonne Pépin, veuve de Julien Gavé, seigneur de Launay [Banéat, op. cit., II, p. 413]. Elle devra entretenir l’obit Gouyon en l’église.

En 1638, Jean achète de Claude de Boiséon, vicomte de La Bellière, la châtellerie de Miniac, en Miniac-Morvan, dont il rend aveu le 7 juillet 1638. Le château du Bas-Miniac qui avait appartenu auparavant aux familles de Miniac, de Québriac, de Mauny, du Chastellier, du Chastel, de Rieux, de Scépeaux et de Gondy, ducs de Retz. Il est revendu judiciairement en 1652 aux Le Clavier et passe par alliance en 1772 aux de France, seigneurs des Champs-Bulants, puis aux de Villèle [de Carné, Chevaliers bretons de Saint-Michel, p. 158-160. Pâris-Jallobert, Saint-Malo, II, 131. On nommait au XVIème siècle cavalcadour le cavalier qui exerçait les poulains et montait les chevaux sous la direction].

Vers 1650, Jean Goüyon, seigneur de Miniac, revendique en cette paroisse les droits de fondateur et patron de l’église, cimetière et presbytère, de prières nominales, d’enceinte funèbre au-dedans et au dehors de ladite église chargée des écussons de sa maison et de ceux de sa femme Madeleine du Rouveraye {Guiullotin de Corson, Pouillé de l’archevêché de Rennes, T. V, Miniac, p. 231].

Le manoir de La Touche-Bernard, près du bourg de Betton (anc. év. de Rennes), appartenait aux Bernard. Il fut vendu judiciairement aux Gouyon de Miniac qui l’avaient en 1651. Il passa ensuite aux Riou. Les Gouyon achetèrent également des de Lys l’ancien manoir de Montframery (par. de La Chapelle-Janson, anc. év. de Rennes) qui fut revendu judiciairement en 1673 aux de Gaulay.

Jean Gouyon et Madeleine de La Rouveraye ont probablement eu dix enfants :

bullet

Servanne, née en la maison de la Suhardière, à La Selle en Craon (Maine), le 8 juin 1623, est nommée à Saint-Jean-des-Guérets le 15 novembre suivant [P :: Jacques de La Motte, écuyer, seigneur des Portes ; M :: Servane Choufé (Le Chauff), dame du Vaudurand]. Elle est elle-même marraine à Miniac en 1648. Peut-être est-ce cette Servanne qui fut inhumée le 15 décembre 1672 dans l’enfeu de La Ville Chauve, dans le chœur de l’église des Fougerêts, près le marchepied du grand autel, du côté de l’Évangile [AD 56, E – 1164 – La Gacilly]. Elle aurait donc alors épousé messire Louis Huchet, seigneur de La Villechauve, baptisé aux Fougerêts, le 26 août 1632, fils de Guillaume, écuyer, et de demoiselle Jeanne Peschart, seigneur et dame de La Villechauve.

bullet

Guyonne, baptisée à Saint-Jouan-des-Guérets le 30 août 1624 [P :: Guy, sire de Rieux, seigneur de Châteauneuf ; M :: Mathurine, dame de Crémeur, sa tante].

bullet

François, Gouyon, seigneur de Mauny qui épouse en Saint Sauveur de Dinan, le 24 février 1664, Laurence Lecoq, née à Dinan le 20 septembre 1626, fille de Noble Homme Jacques Lecoq, sieur du Val, et de Jeanne Apuril [Pâris-Jallobert, Dinan]. Elle était veuve de René Léan, seigneur de La Touche, conseiller du roi et son procureur à Dinan. François est maintenu le 25 février 1669 comme noble d’ancienne extraction, avec la permission de prendre la qualité d’écuyer ou chevalier. Ils eurent au moins un enfant :

o       Guillaume, né à Dinan le 7 juillet 1666.

bullet

Léon, baptisé à Saint-Jouan-des-Gérets le 15 août 1625 [P :: messire Jacques de Guigny, seigneur de Gargallays et de Bonabant ; M :: Éléonore de Rochechouart, épouse de Guy de Rieux].

bullet

Jean, baptisé à Saint-Jean-des-Guérets le 19 octobre 1625 [P :: Jacques Ferron, écuyer, seigneur de La Chesnaie Ferronays ; M :: demoiselle Marie Gouyon].

bullet

Mathurine, baptisé à Saint-Jean-des-Guérets le 16 mai 1628 [P :: Jean Jocet ; M :: Françoise Lemarchand, dame du Boisbourché].

bullet

Madeleine, baptisé à Saint-Jean-des-Guérets le 15 mai 1630 [P :: Bertrand Gouyon, seigneur de La Ville aux Oysiaux ; M :: demoiselle Michelle Gouyon, dame des Portes].

bullet

Jean, probablement Jean-Baptiste, auteur de la branche de Miniac [Jérôme Floury et Éric Lorant, op. cit. Le père Anselme le donne fils de Bertrand (alias Jean)] (voir chapitre XIX, p. 341).

bullet

Marie qui épouse en 1635 ( 1655 ?) à Miniac Morvan, messire Claude Robelot, seigneur de La Voltais, dont ;

o       Jean Robelot, né le 1er décembre 1636, baptisé à Miniac-Morvan le 24 juillet 1639.

bullet

Charles, peut-être aussi seigneur de La Ville-aux-Oiseaux et qui, selon Monsieur du Guerny, serait fils aîné, on ne sait de quel lit…

Jean Goyon meurt à Saint Vincent de Nantes le 30 avril 1647, pendant la session des États de Bretagne [Arch. Nantes, registres paroissiaux, GG 400]. Le 17 décembre 1650, un arrêt du Parlement de Bretagne était rendu au profit de Madeleine de La Rouveraye en sa qualité de tutrice des enfants qu’elle avait eu de messire Jean Gouyon, seigneur de la Ville aux Oyseault contre Bertrand Gouyon, seigneur de Miniac, fils du même et de Marguerite de Quilfistre.

 

 

 

Haut de page

 

11-07-18