du Vaumeloysel
 

 

Accueil
Les origines
Les sires de Matignon
de Beaucorps
de Beaucorps-Dieudy
de Beaufort
des Briands
de Gacé
de Kerilan
de La Bouëtardais
de La Moussaye
de La Raimbaudière
de La Ravillays
de La Ville aux Oiseaux
du Launay Comatz
de Legoumar
de Marcé (I)
de Marcé (II)
de Miniac
de Pontouraude
des Rochettes
de Saint Loyal
de Thaumatz
de Touraude
de Vaucouleurs
du Vaudurand
du Vaumeloysel
du Vaurouault
du Verger
Tables
Liens

 

Branche éteinte, issue des Gouyon du Vaurouault

 

Jean Ier (1548 - 1626)

Georges (1575-1626)

Jean II (1614-1680)

Jean III (vers 1645 - après 1679)

 

 

 

 [15] 

Page 243

Errata et addenda à propos de Jean Ier Gouyon

Jean Gouyon est  né le 10 mars 1548 à Pléboulle [P:: Jean Rouxel, seigneur de l'Hôpital; M:: Françoise Goyon]. Dans le partage noble du 29 juin 1587 [BNF, Richelieu, Chérin 96], il est dit seigneur du Vaurouault et du Vaumeloysel. Il eut de Jacquemine des Nos:

bullet

Georges, qui suit,

bullet

Lancelot, écuyer, seigneur de Prémorvan, du Bois de La Lande et du Bourgdurant, auteur de la branche de Saint-Loyal et des Gouyon du Pontbrécet (voir chapitre XXIII, p. 249).

bullet

Julien, écuyer, auteur de la branche de La Ravillais et de Bellestre (voir chapitre suivant, p. 247).

bullet

Renée, qui est partagée par son frère aîné, le 18 février 1626.

bullet

Jeanne baptisée à Pléboulle le 12 juillet 1574 [P :: Jean Goyon, écuyer ; M :: Catherine Goyon] et

bullet

Hélène, jumelle, baptisée à Pléboulle le 12 juillet 1574 [P :: Jean Ferrière, écuyer, seigneur de La Motte Rogon ; M :: Hélène de Carmené et Marguerite Goyon, dame de La Chevallerie].

bullet

Jean, baptisé à Pléboulle [P :: Jean Goyon, seigneur de La Ville Goures] seigneur de La Garenne, du Vaumeloysel, du Bourgdurant et du Bois de la Lande, après la mort de ses frères.

bullet

Suzanne, baptisée à Pléboulle le 14 juin 1579 [P :: François des Cognets, seigneur de La Ville Tréhen ; M :: Suzanne Le Porc, dame de Prépotier], mariée le 28 septembre 1659 à Pierre Lemerre.

bullet

François Gouyon, seigneur de La Motte-Collas.

bullet

René Gouyon, seigneur du Chemin.


 

 

[16]

Page 245

Erratum à propos de Georges Gouyon, seigneur du Vaumeloysel

Lire Mézarnou au lieu de Mezamou.

Addendum et errata à propos de Georges Gouyon, seigneur du Vaumeloysel

Georges, baptisé à Pléboulle le 2 septembre 1575 [P :: Georges Gouyon, seigneur de Beaucorps; M :: Gilette Bouan], épouse en premières noces Tristanne de Trémignon, dont:

bullet

Jeanne, dame de La Motte-Colas, inhumée le 30 décembre 1657 en la cathédrale de Vannes. Elle avait épousé le 28 février 1627, Pierre Gicquel, seigneur du Nédo en Plaudron (évêché de Vannes), lieutenant général au présidial de Vannes, gentilhomme de la reine mère, inhumé dans la cathédrale de Vannes le 8 juin 1658 [Arch. 56, E 1532], fils de François Gicquel et de Françoise Le Gouvello.

bullet

Toussaint,que des généalogistes disent par erreur fils de Jean au lieu de petit-fils, écuyer, seigneur de La Motte-Colas, qui épouse le 9 mai 1641, à Cigné, dans le Maine, un peu au nord d'Ambrières, Mathurine des Sallaines [J. Floury & É. Lorant, op cit.] , fille de René, seigneur de Moncorbeau et de Louise Achart, dont:

o   François, né à Cigné, baptisé le 14 mai 1644 [P :: Jean de Goué, écuyer, seigneur de Goué; M :: Françoise de La Hautonnière], écuyer, seigneur de La Motte, maintenu avec son frère René d'ancienne extraction par arrêt du 28 juillet 1670.Il est mort à Cointié en Cigné le 14 février 1692 et est inhumé le lendemain en l'église de Cigné en présence de son frère René. Il avait épousé Marie du Breuil, dont:

- Jean, né à Cigné le 2 novembre 1674, baptisé le 4 [P :: Jean de Logé; M :: Claude de Sallaines].

- Anne-Marie, baptisée à Cigné le 6 juillet 1680 [P :: Pierre du Breuil, de la paroisse de Ceaucé, entre Cigné et Domfront; M :: Anne de Lonlay], morte à quatre ans, le 16 juillet 1684.

- Jeanne, baptisée à Cigné le 29 octobre 1681 qui, le 27 février 1702, épouse Jean Jamois à Loré, au nord de Cigné.

- Louise, baptisée à Cigné le 9 mars 1683.

- François, baptisé à Cigné le 22 avril 1684 et mort le douze juin de la même année.

- Marie, baptisée à Cigné le 19 octobre 1685.

- François-Scipion, baptisé à Cigné le 11 novembre 1687 [P :: François de Sacré, écuyer, seigneur de Sacré; M :: Marie Le Héricé], mort à deux ans le 14 février 1689 à La Cointrie.

- François, baptisé à Cigné le 12 avril 1689 [P :: Jean de Lonlay, seignaur de Souvray; M :: Françoise Barré], mort à quatre ans et inhumé le 2 octobre 1692 au cimetière de Cigné.

o   René, écuyer, seigneur du Chemin, maintenu noble d'ancienne extraction avec son frère.

 

En deuxièmes noces, Georges épouse Jeanne Percevaux, dame de La Palüe, née en 1594, fille d'Hervé, seigneur de Mézernets (Mézarnou, en Plounéventer, évêché de Cornouaille, et de Renée de Coëtlogon de Kerberio en Plouguin, évêché de Léon, et de La Palüe, douairière de Coatélan (1562-1624). à la mort de son père, Georges, héritier principal et noble est obligé de vendre la seigneurie du Vaumeloysel en 1625, à la suite d'un procès intenté par Toussaint des Nos qui voulait récupérer ce bien de famille et dont le fils, Michel revendit la seigneurie en 1672 à Mathurin de La Villéon qui la céda en 1684 à Jean Amproux. C'est alors que Jean Gouyon, seigneur du Dieudy (voir page…), intenta un procès en retrait lignager qu'il gagna deux ans plus tard. Les Gouyon récupérèrent ainsi le Vaumeloysel. Cet épisode d'une soixantaine d'année est la seule période durant laquelle le Vaumeloysel a été vendu et revendu ; sinon, la dévolution s'est toujours faite depuis a moins le XIIIe siècle par héritage [Archives du Vaumeloysel].

Jeanne est morte le 1er juin 1619 à Saint-Pôtan. Elle lui avait donné :

bullet

Henri, seigneur de La Palüe, né à Saint-Pôtan, le 5 février 1613, et baptisé le 29 décembre suivant [P:: Jean Gouyon, seigneur de La Lande]. Il épouse Marguerite de Guynement, morte en 1681, remariée vers 1646 à Messire Lonathas-Jean Raison, chevalier, seigneur du Cleuziou, lieutenant de gentilshommes gardes côtes. Marguerite était la fille de Guillaume, seigneur du Rusquec, en Saint-Caradec-Trégomel, évêché de Vannes, et de Marie Harscouët. Henri était mort en 1668.

bullet

Jean Gouyon,  qui suit

bullet

Probablement Jeanne Gouyon qui épouse Mathurin de La Chapelle, seigneur des Nos, fils de Guyon de La Chapelle, seigneur de La Ville Salloux, et de Guillemette de Trémereuc. Leur fils Jean épouse Hélène Tranchant.

bullet

Bertrand, seigneur du Rocher, né le 8 mars 1615, baptisé à Saint Pôtan le 15 février 1616 [P:: Bertrand (Jean ?) Sauvaget, seigneur du Clos ; M:: Françoise du Quellénec]. Il est maintenu comme son frère Jean. Il épouse Jeanne de Kersauzon, veuve de Jean de Crec'h Quevault.

bullet

Claude-Jeanne, baptisée le 29 août 1619 [M:: Claude Gouyon]. Elle est dame de Kerhuel en 1640.

bullet

Gilette, baptisée le 18 juin 1620 [P:: Gilles Gouyon, sieur de Launay ; M:: Jacquemine des Nos, dame de La Garenne], non mariée en 1640.

En troisièmes noces, Georges épouse Françoise Morin.

 

Addenda à propos de Jean II Gouyon, seigneur de La Palüe

Jean Ier Gouyon écuyer, seigneur de La Palüe (en 1668) et de Kerriguen, né à Saint-Pôtan, le 18 février 1614, baptisé le 13 février 1615 [P:: Jean Gouyon, son grand-père ; M:: Hélène Gouyon, dame du Launay-Comatz]. Il est maintenu dans sa noblesse d'ancienne extraction lors de la réformation, par arrêt du 25 février 1669 [BNF, Arsenal, MS 4930]. Il meurt en Notre Dame de Saint-Pol-de-Léon le 16 janvier 1680 et est inhumé aux Carmes de cette ville. Il avait épousé à Plougonver, évêché de Tréguier, le 7 février 1644, Louise de Kergorlay, morte à Saint-Pol-de-Léon, paroisse Saint Jean de Ninitry, le 19 novembre 1670, inhumée aux Carmes, fille de Charles de Kergorlay et de Charlotte de La Noue. Louis avait été baptisée le 16 août 1619 à Plougonver et eut un fils :

bullet

Jean, qui suit.

Pages 245-246

Addenda à propos de Jean III Gouyon, seigneur de La Palüe

Jean II, Gouyon, écuyer, seigneur de La Palüe en 1668, maintenu noble d'ancienne extraction le 25 février 1669. Le 22 novembre 1679 il épouse à Plouézoch, évêché de Tréguier, Anne-Marue du Louët de Coëtjunval (1644 - vers 1707), fille de messier Claude, seigneur de La Villemeuve-Pollart, et de dame Françoise de Ploësquellec, dont:

bullet

Toussait-Jacques, né le 9 janvier 1674, baptisé par Louis de Kergorlay, prêtre et chanoine, le 30 suivant [P :: Toussait de Kerhoënt, seigneur de Morigur, Crechquerault et Mescouëz; M :: Jacquette du Louët, dame de Pouemorio], mort sans alliance.

bullet

Marie-Gabrielle de Gouyon, née à Saint-Pol-de-Léon, paroisse Notre Dame de Cahel, le 8 décembre 1675, mariée, le 27 mai 1694, à Bertrand II-Gabriel de La Boëssière, chevalier, seigneur de Lennuic (Loquenvel, év. de Tréguier) et de Kerguelen (Loguivy-Plougras, év. de Dol), lieutenant des maréchaux de France (v.1670->1734), fils de Marc-Antoine II, seigneur de Lennuic, et d’Anne Le Brun de Kerprat, dame de Trehadiou (1650-1673). Ils ont un fils, Marc-Antoine III, décédé en 1767 et une fille, appelée Mademoiselle de La Palüe, présente en 1782 au mariage au château de Keranno, en la paroisse de Saint-Michel de Guingamp, de leur arrière-petite-fille Pauline-Renée-Marie de La Boëssière de Lennuic [elle était la fille de Bertrand-Pierre de La Boëssière de Lennuic, seigneur de Keranno, et de Marie-Jeanne de Tavignon Kertanguy], âgée de seize ans, avec le comte [Plus tard marquis] Christophe-Marie de Goesbriant. À cette occasion, elle offre à la jeune mariée un pot à crème en argent rempli de cinquante louis d’or [J. Baudry, La Bretagne à la veille de la Révolution, Paris, 1905. Yves Ollivier, La Seigneurie de Kermaben, Versailles, 2005]. Marie-Gabrielle décède le 11 juin 1740 dans la paroisse de Plouisy (év. de Saint-Brieuc).

o   Françoise-Gabrielle de La Boëssière de Lennuic (1680-1726), dont postérité.

bullet

Louis-Gabriel, né en Notre Dame de Cahel le 27 septembre 1677, baptisé par René-Gabriel Louët, chantre et chanoine, le 16 novembre suivant [P :: Louis du Louët, chevalier, seigneur du Boisriou, de La Villeneuve Pollard, de Grenan, ex vicomte de Kernel; M :: Louis-Gabrielle de Plœuc, dame douairière de Meslien, Lannuzouarn, à Saint-Pol-de-Léon.

bullet

René-Marie, né en Notre Dame de Cahel le 1er mars 1679, baptisé à Saint-Pol-de-Léon le 6 suivant, mort La Croix-au-Lin, près Notre Dame de Cahel, inhumé dans la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon le 11 mai 1679.

bullet

Françoise-Gabrielle, née posthume et baptisée à Saint-Pol-de-Léon le 26 août 1680. Elle épouse à Saint-Pol-de-Léon, le 6 août 1703, Olivier de Kergoët, seigneur de Tronjolly en Cleder, évêché de Léon, fils de Charles et de Marguerite Crouézé, propriétaire du manoir de Kermorvan [Arch. 29 "Charles Bergot contre Louis-Charles de Kergoët de Tronjolly, fils aîné de Françoise-Gabrielle Goyon, douairière de Tronjolly, propriétaire du manoir de Kermorvan, sous l'autorité de Louis-François de Penancoët, son oncle." Cour royal de Brest et de Saint-Renan, 10 août 1726].

 

Haut de page

11-07-18