de Touraude
 

 

Accueil
Les origines
Les sires de Matignon
de Beaucorps
de Beaucorps-Dieudy
de Beaufort
des Briands
de Gacé
de Kerilan
de La Bouëtardais
de La Moussaye
de La Raimbaudière
de La Ravillays
de La Ville aux Oiseaux
du Launay Comatz
de Legoumar
de Marcé (I)
de Marcé (II)
de Miniac
de Pontouraude
des Rochettes
de Saint Loyal
de Thaumatz
de Touraude
de Vaucouleurs
du Vaudurand
du Vaumeloysel
du Vaurouault
du Verger
Tables
Liens

 

Branche  issue des Gouyon de La Moussaye et fondue dans  Gouyon de Beaufort

Claude Ier (1587 - 1633)

Claude II (1626 - 1676)

Amaury-Henri (v.1650 - v. 1700)

 

Page 189

Addendum à propos de Claude Gouyon :

Renseignements fournis par M. Hubert de La Morinière.

Parmi les Tonquédec signalés par l'abbé Pâris-Jallobert, le premier connu est Alexandre de Tonquédec, sieur de Belle Isle, né vers 1615, et décédé à La Boussac (év. de Dol) en 1671. Il se marie avant 1643, sans doute à La Malhoure (év. de Saint Brieuc, non loin de Plénée où se situe le château de La Moussaye), avec Catherine Baudré (d'une famille de La Malhoure). Ils ont six enfants entre 1643 et 1657, dont quatre baptisés à La Malhoure entre 1643 et 1651 et un à Quintin en 1648. Alexandre de Tonquédec s'installera dans le pays de Dol à partir de 1663, à Baguer Morvan (où se trouve Touraude) où deux de ses fils se marieront à partir de 1670, tandis qu'un autre de ses fils se mariera à Bréhand , non loin de La Malhoure, en 1682.

Belle Isle est sans doute le lieu-dit à 2 km du château de La Garaye qui, à la fin du XVIème siècle, avait appartenu  à Charles Gouyon, baron de La Moussaye, époux de Jeanne du Chastel. Il avait été vendu à la famille Marot (les époux charitables donnés en exemple par Saint Jean-Paul II, Karol Wojtyla, lors de son pèlerinage à Sainte Anne d'Auray).

Page 189

Addendum à propos de Jean Gouyon :

Ayant joué un rôle actif au débarquement de vive force à Minorque le 15 janvier 1707, sous le comte de Villars, celui-ci l'envoie à Versailles annoncer la nouvelle du succès [ Journal de Dangeau, I, p. 301; Mémoires de Sourches, X, p. 261; Lettre de La Jonquière B 432, fol° 208; Arch. Gouyon]

Participation à la prise de Rio [AN, Marine, B3 - 226 f° 1112, 1117 et 1124; B2 - 227, f° 119; B2 - 226 f° 1128 "à M. du Gay Trouin: ... Sa Majesté agrée le Chevalier de Goyon pour commander après vous les vaisseaux de votre escadre sur les vives représentations que vous avez faites en faveur de cet officier, cette grâce est sans exemple, d'autant qu'il n'a as encore eu de commandement, et il est à craindre que votre santé chancelante ne le jette dans de fort grand embarras..."; B2 - 230, f° 430 " Au S. Chevalier de Goyon, à Versailles le 9 mars 1712: J'ay reçu la lettre que vous m'avez escripte à votre retour de Brest. J'ay rendu compte au Roy de la part que vous avez eue à la prise de Rio de Janeiro. S.M. a été très satisfaite de la distinction avec laquelle vous avez servi en cette occasion, et je l'en feray souvenir dans celles qui se présenteront pour vous procurer les grâces de S.M."]

En 1728 et 1729 il commande l’Astrée. Au cours d’une campagne de 17 mois sur les côtes d’Afrique du Nord, il participa au blocus et au bombardement de Tripoli et, le 9 juin 1729, il imposa la paix au Paşa de Tripoli : Articles et conditions de paix accordés par Messieurs le chevalier de Goyon, capitaine des vaisseaux du Roy, et Pignon, consul de la Nation française à Tunis, chargés des pouvoirs du très haut, très excellent, très puissant et très invincible Louis Quinze, par la Grâce de Dieu, Empereur de France et de Navarre au très illustre Pachga, Bey, Divan et Milice du Royaume de Tripoli…

 

Page 192

à propos de la présentation de Luc au temple de Cleunay :

Parrain : Luc Doudart ; marraine : demoiselle Suzanne Ravene.

Page 193

Addendum à propos d'Amaury-Henri Gouyon :

Il est né le 21 août et présenté au temple de Beaufort le 7 septembre 1691.

Addendum à propos de Françoise-Sophie Gouyon :

Mariage conclus à Beaufort par contrat du 30 janvier 1719 passé devant Regnault et Oriol, notaires de la juridiction et châtellenie de Beaufort. Il fut béni le 6 février suivant en la chapelle castrale. Par sentence du 25 juin 1728 les deux époux furent séparés quant aux biens ; séparation d’habitation fut rendue le 14 septembre 1737 au Châtelet de Paris. Arch. Gouyon.

Haut de page

14-12-01