La Roche Gouyon
 

 

Accueil
Les origines
Les sires de Matignon
de Beaucorps
de Beaucorps-Dieudy
de Beaufort
des Briands
de Gacé
de Kerilan
de La Bouëtardais
de La Moussaye
de La Raimbaudière
de La Ravillays
de La Ville aux Oiseaux
du Launay Comatz
de Legoumar
de Marcé (I)
de Marcé (II)
de Miniac
de Pontouraude
des Rochettes
de Saint Loyal
de Thaumatz
de Touraude
de Vaucouleurs
du Vaudurand
du Vaumeloysel
du Vaurouault
du Verger
Tables
Liens

En Penthièvre Alliance ducale La Roche Gouyon En Normandie Lieutenants Généraux Jacques II Princes du sang Princes de Monaco

 

Les Sires de Matignon III

bullet

Étienne III (av.1323 - av. 1363)

bullet

Alain III (av.1339 - av. 1363)

bullet

Bertrand II (c.1342 - ap. janv. 1381)

bullet

Bertrand III (1364-1407)

[6]

Page 19

Erratum à propos d'Étienne III Gouyon

(av. 1305 - 1353) doit être remplacé par (av. 1305 - av. 1363)

Pages 20 & 21

à propos d'Étienne III Gouyon

Une généalogie venant du Québec (http://genealogiequebec.info) ne donne pas à Étienne III deux épouses (Jeanne du Launay en Ploubalay et Alix Paynel), mais une seule qui serait Jeanne Paynel, dame du Launay en Ploubalay (1295-1343). Ceci est infirmé par la charte du mardi après le Trinité de 1339, où Étienne fonde avec Pierre et Philippe, ses frères, une chapellenie en l'église Sainte Marie de Matignon, où est indiqué : "...Joannæ uxoris meæ, puamdam defunctæ aliæque Pænel nunc uxori meæ..."

Page 22

à propos d'Alain III Gouyon

Jacqueline de Rieux, épouse d'Alain III, était la fille de Guillaume II de Rieux, seigneur de Nozay et de Fougeray, et d'Anne-Louise de Machecoul. Guillaume II était le grand-père du maréchal de France qui porta secours à Owain Glyndŵr.

[9]

Page 25

Erratum à propos de Bertrand III Gouyon

Son mariage avec Marie de Rochefort n'eut pas lieu vers 1406, mais antérieurement à 1396.

Addenda et errata à propos d'Isabeau Gouyon

Plusieurs compléments ou rectifications nous on t été fournies par M. Philippe Cochet.

Pierre II d'Amboise est bien fils d'Ingerger ou Ingelger (on trouve les deux noms) d'Amboise IIème du nom qui était seigneur de Montrichard. Le testament de Pierre II, écrit le 19 décembre 1409 fait mention de Jeanne de Rohan, sa première épouse décédée, et il demande de prier "pour ledit saigneur (lui-même), pour sa femme qui à présent est" (Isabeau Gouyon). Il n'est pas fait mention du contrat de mariage dans le Père Anselme. Née le 1er août 1392, Isabeau avait 16 ans en 1408 au moment de son mariage. Pierre II est toujours vivant le 19 octobre 1424. Isabeau est veuve en 1424 (actes du Parlement de Poitiers). Pierre II doit donc décéder entre le 19 octobre et le 7 mars 1425 (celle de Pâques suivant)

En secondes noces, en 1428 [suivant un arrêt du Parlement de Poitiers], Isabeau épouse Thomas Ston, chevalier anglais, seigneur de Langeais (Père Anselme). Il ne s'agit pas de Thomas Stonor, mais de Thomas Seton (aussi écrit Ceston), mariage contracté par ordre du roi Charles VII (cf. Bernard Chevalier, Jeanne d'Arc, une époque, un rayonnement, 1979). Thomas de Seton est Écossais, gouverneur de Langeais. Nous sommes en pleine guerre de Cent Ans. Pierre II, seigneur d'Amboise, est sans conteste du parti d'Anjou, parti fidèle à la royauté, puis au Dauphin Charles, futur Charles VII. Si Pierre II épouse Isabelle, c'est que la demoiselle correspond politiquement aux vues de l'époux. Par la suite, Thomas Seton, est un combattant écossais de la garde rapprochée de Charles VII, que le roi a installé à Langeais vers 1421, ville à cette époque, proche de la frontière avec les terres tenues par les Anglais (Langeais sera pris en 1427). Les Seton sont devenus Seton of Pitmedden, Aberdeenshire (cf. Burke's Peerage & baronetage, 106th edition, t. II, p. 2583).

Isabeau est de nouveau veuve en 1425 (actes du Parlement de Poitiers), et se marie en troisièmes noces en 1436, à Geoffroy de Trémereuc, seigneur de Bery et Tanio, fils d’Henri, seigneur de Tanio, et lui apporte La Chesnay-Gouyon, en Matignon, mais ils n’eurent qu’une fille, Isabeau [Jérôme Floury et Éric Lorant, Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne, d’après la réformation de la Noblesse 1668-1672 et les arrêts de l’Intendance, du Conseil d’État et du Parlement, SAJEF, Rennes, 2000], et la terre revint probablement aux Gouyon à la mort de celle-ci (voir p. 219, branche du Vaurouault).


 

 

 

.Haut de page

En Penthièvre Alliance ducale La Roche Gouyon En Normandie Lieutenants Généraux Jacques II Princes du sang Princes de Monaco

 

14-12-01