de Gacé
 

 

Accueil
Les origines
Les sires de Matignon
de Beaucorps
de Beaucorps-Dieudy
de Beaufort
des Briands
de Gacé
de Kerilan
de La Bouëtardais
de La Moussaye
de La Raimbaudière
de La Ravillays
de La Ville aux Oiseaux
du Launay Comatz
de Legoumar
de Marcé (I)
de Marcé (II)
de Miniac
de Pontouraude
des Rochettes
de Saint Loyal
de Thaumatz
de Touraude
de Vaucouleurs
du Vaudurand
du Vaumeloysel
du Vaurouault
du Verger
Tables
Liens

 

 

Branche éteinte, issue du tronc commun

 
bullet

Charles-Auguste (1647-1729)

bullet

Marie-Thomas-Auguste (1684-1766)

bullet

Marie-François-Auguste (1731-1763)

bullet

Louis-Charles-Auguste (1755-1773)

bullet

Anne-Louise-Caroline (1774-1846)

 

 

 

 

 

Pages 97

 

à propos de Charles-Auguste Gouyon de Matignon et de l'expédition vers l'Écosse.

 

On lira avec intérêt les mémoires d'Auguste, comte de Forbin (1656-1733, mémoires publiées en 1729 à Amsterdam par François Pirardi, pp. 430-450). Bon marin et chef d'escadre, Forbin y critique l'organisation de cette entreprise où chacun voulait commander. L'échec était peut-être la conséquence de la rivalité entre d'une part Louis Phélypeaux (1643-1727), marquis de Phélypeaux en 1667, premier président au parlement de Bretagne en 1677, comte de Maurepas en 1687, comte de Pontchartrain en 1699, chancelier de France de 1699 à 1714, secrétaire d'État controversé à la marine de 1699 à 1715, et d'autre part Michel Chamillard (1651-1721), secrétaire d'État au département de la guerre à partir de 1701, dont Voltaire écrivait qu'il ne fut "ni politique, ni guerrier, ni même homme de finance". On vantait ses qualités au billard. Son frère, Jean-François Chamillard, fut évêque de Dol, puis de Senlis et membre de l'Académie française.

Il y eut aussi quelque amertume chez Forbin dans ces mémoires écrites depuis sa retraite du Midi. Il réglait ses comptes et se montrait sévère à l'égard de Duguay-Trouin et de Jean-Bart. Il considérait comme une injustice de n'avoir pas même été nommé lieutenant général. Selon lui, le comte de Gacé n'avait guère le pied plus marin que le prétendant et sa suite: "tous vomissaient jusqu'aux larmes, et ils me pressaient avec instance de rentrer dans la rade".

 

Pages 97-101

 

Erratum

 

Contrairement à ce qui est indiqué, Charles-Auguste avait eu plus de trois enfants d’Élisabeth Berthelot[1]. Elle lui avait donné quatre garçons  et deux filles :

·        Louis-Jean-Baptiste (voir p. 100),

·        Éléonor (voir p. 101),

·        Marie-Thomas-Auguste (voir p. 101-103)

·        Le chevalier de Gacé, mort vers 22 ans, le 2 janvier 1707

·        Marie-Anne, née en l’hôtel de ses parents rue Saint Dominique le 11 septembre 1697, baptisée le 15 à Saint Sulpice [P :: haut et puissant prince Charles de Lorraine, comte de Marsan ; M :: princesse Marie-Anne de La Tour d’Auvergne] qui épouse le 9 février 1719 Henri-François de Grave, chevalier, marquis de Solas, baron de Lattes, seigneur de Saint-Martin-entre-deux Eaux et de la partie antique de la ville de Montpellier, enseigne des gendarmes de Flandres en 1704, puis mestre de camp de cavalerie, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint Louis, né le13 octobre 1685, mort en 1763, fils de Philippe de Grave, seigneur de Saint-Martin-d’Entre-Deux-Eaux, premier maître de la garde-robe de Monsieur, frère unique du roi, et de Diane de Solas, marquise de Solas. Henr-François rendit hommage au roi de sa seigneurie de Saint-Martin le 26 mai 1723. Veuf, il épousa Guyonne-Marie-Louise-Christine de Montmorency-Laval.  Marie-Anne, morte à Paris le 23 juillet 1738, lui avait donné trois enfants:

.

 

de Grave

Olim de Chièvres.  C. XIIe.’Bouvines 1214. Hainaut, seigneurs  de Brugette, de Lens, de Lindekergue, de Solas.

Cri. : Brugette et Grave au chapelet !

 

o       Louise-Hypolite de Grave, née le 10 août 1722.

o       Charlotte-Eléonore de Grave, née le 17 juillet 1721.

o       Marie-Nicole de Grave, née le 31 janvier 1730 qui épousa le 26 novembre 1749 François de Grave, seigneur de Durefort et de Combebelle.

 

·        Marie-Élisabeth Gouyon de Matignon, qui épouse le 9 juin 1720 Jacques-Claude-Augustin de La Cour (20 janvier 1694 – 20 février 1773), seigneur de Manneville, deuxième marquis de Balleroy, colonel de dragons, réformé en 1714, lieutenant des gardes du corps de la compagnie écossaise en 1728, gouverneur de Louis-Philippe, duc de Chartres, puis duc d’Orléans, en janvier 1736, son premier écuyer et lieutenant général des armées. il était le fils aîné de Jacques de La Cour, marquis de La Cour-Balleroy, conseiller puis maître des requêtes au Parlement de Paris, et de Madeleine-Charlotte-Émilie Le Fèvre de Caumartin. Jacques-Claude-Augustin fut exilé à Balleroy en 1744 pour avoir pris parti contre Madame de Chateauroux, lors de la maladie de Louis XV à Metz. Il mourut à 80 ans à Balleroy.

Le nom de Balleroy provient de l'ancienne forest de Bur le Roy, devenue forêt de Cerisy. L'abbé de Choisy, doyen de la cathédrale de Bayeux, membre de l'Académie française, avait vendu la seigneurie de Balleroy à Françoise de Brancas, princesse d'Harcourt, mais la vente fut clamée en droit de lignage par Jacques de La Cour, chevalier, seigneur de Manneville, au nom de Madeleine-Charlotte-Émilie de Caumartin, son épouse, parente de l'abbé de Choisy. (Arcisse de Caumont, Statistiques monumentales du Calvados, II, pp. 351-353)

 

 

de La Cour

Normandie. Maître de requêtes.

Marquis de Balleroy.  Duc de Chartres en 1735

 

Ils eurent comme enfants :

o      Charles-Auguste de La Cour (1721-1794), comte de Balleroy (sans doute nommé par le maréchal de Matignon), lieutenant général en 1762, commandeur de l’ordre de Saint-Louis, guillotiné avec l'un de ses frères à Paris le 23 mars 1794, qui avait épousé Adélaïde-Élisabeth-Sophie Lépineau[2] et dont le fils, Philippe-Auguste-Jacques[3], émigra,

o   Louis-Augustin de La Cour, qui épousa une Penfeunteniou,qui épousa une Penfeunteniou, était membre en 1786 de la loge O... Société Olympique et, en 1788, de la loge O... Saint-Jean d’Écosse du Contrat social. [Alain Le Bihan, Francs-maçons parisiens du grand orient de France, Paris, 1966, XIX, p. 271].

o   Élisabeth-Louise-Éléonore de La Cour, qui épousa en 1754 un Pierron, marquis de Chamousset,

o       Louise-Aimée de La Cour, qui épousa en 1752 un Boisève de La Maurouzière,

o       Jean-Paul-François de La Cour, né en 1726, brigadier des armées du roi, guillotiné avec son frère aîné le 23 mars 1794,

o       et François-Auguste de La Cour (né à Paris le 29 mars 1727) qui devint maréchal de camp le 1er mars 1780.

 

 

 

 

 

Le château de Balleroy de nos jours, musée du ballon.

Forbes Management Co. Inc.

http://www.chateau-balleroy.com

 

 

Jean-Baptiste Colbert, marquis de Torcy, neveux de Colbert, cousin de Seignelay avait établi au Louvre en 1710 un dépôt d’archives des Affaires Étrangères qui devint en 1712 une Académie politique du Louvre pour jeunes diplomates. L’abbé Dubois[5] la ferma en 1721, certains élèves paraissant plus ambitieux que travailleurs et devenant critiques à l’égard du gouvernement.

En 1724 une variante de cette académie fut établie place Vendôme. Les réunions eurent lieu dans un entresol loué par l’abbé Alary dans la maison de Charles-Jean-François Hénault, président à mortier au Parlement de Paris. Alary était un protégé du tuteur du Louis XV qui remplaça deux ans plus tard le duc de Bourbon comme premier ministre et devint le cardinal Fleury.

Cette académie prit le nom de Club de l’Entresol et fut connue par les mémoires de René-Louis, marquis d’Argenson, fils du célèbre Marc-René (lieutenant de police sous Louis XIV et Garde des Sceaux pendant la régence du duc d’Orléans). Le jeune d’Argenson (ou son jeune frère Marc-Pierre) avait participé aux séances de l’académie de M. de Torcy et lui, en tous cas,  participa à celles de l’Entresol[6].

Les membres du club étaient : l’abbé Alary[7], le marquis de Balleroy[8] (il en était le fondateur), le comte de Coigny[9], le marquis de Matignon[10], d’Argenson[11], Lévesque de Champeaux[12], le comte de Verteillac, le comte d’Autry, le comte de Plélo[13], le comte de Caraman[14], Pallu[15], le Jacobite Ramsay[16], le marquis de Saint-Contest[17] et son fils, l’abbé de Bregelongue, le marquis de Lassay, le duc de Noirmoutier, le chevalier de Camilly[18], Pérelle[19], l’abbé de Pomponne[20], l’abbé de Saint-Pierre[21], La Fautrière[22] et d’Oby[23]. D’autres personnalités assistèrent ou furent invités à certaines séances. Tel fut le cas de René-Louis de Voyer de Paulmy, marquis d’Argenson[24], de Montesquieu[25], d’Horatio Walpole[26] et de Bolingbroke[27] qui introduisit le mot club dans la langue française. Jacobite, il était revenu en Angleterre en 1723 sous Georges Ier et devint l’ennemi acharné du premier ministre Robert Walpole qu’il réussit à faire emprisonner. Réfugié en France de nouveau en 1735, il ne rentra définitivement en Angleterre qu’en 1738.

Fleury ferma le Club en 1731. Les relations entre le cardinal et Balleroy se dégradèrent à tel point que Son Éminence refusât en 1739 que le gouverneur du duc de Chartres dansât au bal de M. le Dauphin comme ne devant, ni le père ni le fils, monter dans les carrosses du roi[28].

 

 Page102

Addenda et errata à propos des enfants de Marie-Thomas-Auguste

bullet

Marie-François-Auguste (1731-1763), qui suit en [19]

bullet

Marie-Charlotte, née à Paris le 28 avril 1721. Elle y décède le 4 novembre 1726.

bullet

Josèphe, jumelle de la suivante.

bullet

Victoire-Louise-Josèphe-Sophie de Goyon de Matignon, née à Paris le 9 août 1722, baptisée le 16, morte le 2 juillet 1777. Dame du Palais de la reine, après démission en sa faveur de la marquise de Matignon, elle épouse le 1er février 1741 Charles de Fitz-James, né à Saint-Germain-en-Laye le 4 novembre 1712, mestre de camp du régiment de Fitz-James en 1733, gouverneur du Limousin en 1734, duc de Fitz-James et pair de France par démission de son frère aîné en 1736, brigadier de cavalerie le 1er janvier 1740, maréchal de camp le 9 mai 1744, lieutenant général des armées du roi le 10 mai 1748, chevalier du Saint Esprit en 1756, commandant pour le roi en Languedoc en 1761, en Béarn, Guyenne et Navarre en 1766, en Bretagne en 1771, maréchal de France le 24 mars 1775, décédé le 22 mars 1787. Il était le quatrième fils du maréchal de Berwick [Le maréchal James Fitzjames, duc de Berwick, etc., duc de Liria y Xérica, Grand d’Espagne, était le fils naturel du roi James III & II d’Angleterre et d’Écosse et d’Arabella Churchill. En premières noces, il avait épousé le 26 mars 1695, à Saint-Germain-en-Laye, Lady Honora de Burgh, comtesse douairière de Lucan qui mourut à Pézenas le 16 janvier 1698] et d’Anne Bulkeley. Quatre enfants sont nés de cette union :

o        Jacques-Charles (né le 26 novembre 1743), gouverneur du Limousin, qui émigre en entraînant avec lui 300 hommes du régiment de Berwick.

o       Édouard-Henri, né le 23 septembre 1750, chevalier de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem (Malte) de minorité  Il entra dans l'armée comme cadet en 1756. Il devient colonel au régiment de Berwick (1758), brigadier d’infanterie (1784), maréchal de camp (1788). Il émigre en 1791, revient en France en 1802, mais il est interné à Fontainebleau comme sujet britannique. Il resta prisonnier à Fontainebleau jusqu'au 1er juin 1814 et fut fait lieutenant général en 1815. Il mourut à Saint-Germain-en-Laye le 1er décembre 1823. Il avait, avant la Révolution, fait partie des loges La Candeur (1775-1776), L'Égalité parfaite et Sincère Amitié (1775) et La Société Olympique (1786).

o       Laure-Auguste, née à Paris le 7 décembre 1744, morte à Paris le 26 septembre 1814, dame du palais de la reine. Elle épouse, le 26 septembre 1762, Philippe-Gabriel-Maurice-Joseph d’Alsace de Hénin-Liétard, prince de Chimay.

o       Adélaïde, née le 27 juillet 1746 et morte le 25 août 1747.

 

à propos d'Édouard-Henri de Fitz-James

Addendum

 

Il entra dans l'armée comme cadet en 1766. Il resta prisonnier à Fontainebleau jusqu'au 1er juin 1914 et fut fait lieutenant général en 1815. Il mourut à Saint-Germain-en-Laye le 1er décembre 1823. Il avait, avant la Révolution, fait partie des loges La Candeur (1775-1776), L'Égalité parfaite et Sincère Amitié (1775) et Le Société Olympique (1786).

 

Page 103

 

à propos du marquis de Traisnel.

Addendum

 

D'après http://www.sensee-ostrevant.com/bouquin/villers.html

Claude-Constant-Esprit Juvénal de Harville des Ursins, Chevalier, Marquis de Traisnel et de Villers-au-Tertre, Lieutenant général des armées du Roy, Grand Sénéchal d'Ostrevent, gouverneur d'Huninge, était né à Versailles le 12 mars 1723. Il fut nommé mousquetaire à quinze ans,  le 23 décembre 1738, et capitaine de cavalerie au régiment Dauphin à 21 ans, le 10 février 1740. La bénédiction de son mariage avec Marie-Antoinette Gouyon eut lieu dans la chapelle de l'hôtel de Matignon.

Il participa le 11 mai 1745 à la bataille de Fontenoy et, par la suite, aux sièges de Tournai, Dendermonde et Audenarde.

Il fut employé avec son régiment à la garde des ponts sur le Var. Il demeurait alors à Monaco. Son fils, Louis-Auguste est né le 23 avril 1749.

Lui et son régiment débarquèrent à Minorque en avril 1756 et ils s'y distinguèrent dans la prise de Mahon qui, selon Voltaire, était la citadelle la plus puissante après Gibraltar.

Ils furent dans l'armée du Rhin le 15 juin 1757, participèrent à la prise de plusieurs villes en Hanovre et à la bataille de Minden en 1759.

Le marquis s'installa en 1760 au château de Villers où il mena un brillant train de vie tout en prenant en charge les misères locales, employant une trentaine de personnes, ouvriers agricoles en chômage saisonnier, pour tracer de nouvelles routes plantées d'arbres ou curer fossés et rivières. Il employa d'autres chômeurs dans sa mine de charbon d'Aniche. La première assemblée des directeurs des mines d'Aniche se tint au château de Villers le 9 novembre 1773. Une des quarante fosses d'Aniche portait son nom (rue Élie-Fendali). On trouva finalement du charbon en 1778 à la célèbre fosse Sainte-Catherine et la Compagnie des mines d'Aniche devint l'une des plus importantes compagnies d'extraction de charbon en France.

Dès 1770, après la mort de son épouse, Marie-Antoinette Gouyon, sa situation financière se dégrada et il vendit la seigneurie d'Iwuy le 14 septembre 1774.

Il fut nommé commandeur de Saint-Louis le 25 août 1779 et Grand 'croix en 1781.

Il mourut paralytique à 71 ans le 6 octobre 1794.

Il avait eu un fils et deux filles, dont :

bullet

Louis-Auguste Juvénal de Harville (1743 ou 1744 - 1815), sans postérité de demoiselle Del Pozzo de La Trousse

bullet

Marie-Louise Juvénal de Harville (1745-1798) qui épousa cuccéssivent :

  1. Eugène de Rosen Kleinroop (+1715), dont une fille : Sophie, dont descend Paul de Lalande

  2. Jean-René-Henri de Chasteignier de Rouvre, dont Louis-Gabrielle, Nicole-Henriette, Alexandre-Armand, et René-Sylvestre

bullet

 Marie-Françoise-Éléonor Juvénal de Harville qui, le 23 mars 1779, épousa Donatien-Joseph-Marie de Vimeur, vicomte de Rochambeau, capitaine au régiment d'Artois Dragons (né en 1756). Il était le fils du Maréchal de France, vainqueur de Yorktown, qui échappa de peu à la guillotine.

 

Errata et addenda à propos de Marie-François-Auguste

IMarie-François-Auguste, Goyon de Matignon, comte de Gacé, puis comte de Matignon, né à Paris le 1er juin 1731, est baptisé à Saint-Roch le même jour, par l’abbé de Lenty, nonce extraordinaire du pape en France [Il était venu apporter au roi, de la part de Clément XII, des langes bénis pour le dauphin]. Le parrain de Marie-François-Auguste est le maréchal de Coigny, lieutenant général des armées du roi et colonel général des Dragons. Sa marraine est la marquise de Grave.

Mousquetaire dans la première compagnie, puis maître de camp lieutenant au régiment du roi, cavalerie, en 1748, brigadier de cavalerie le 20 février 1761, il meurt à Paris le 8 février 1763.

Il avait épousé, le 8 janvier 1753 [Contrat du 6, chez Jourdain, notaire à Paris], Diane-Jacqueline-Louise-Josèphe-Henriette de Clermont d'Amboise, fille de Jean-Baptiste-Louis, marquis de Reynel et de Montglas et d'Henriette de Fitz-James, fille du maréchal de Berwick. Veuve, Diane se remarie le 7 juillet 1766 [Contrat du 4, chez Angot, notaire à Paris] à Charles-Étienne-Pierre-Marie Maignard, marquis de La Vaupaillière [Les rapports de police du 5 avril 1765 parlent en ces termes : M. le marquis de la Vaupaillière est l’homme du monde le plus heureux. Considéré et aimé de M. le Prince de Condé dont il a toute la confiance et qui l’admet de tous ses plaisirs, il jouit tranquillement des faveurs de Madame de Gacé, qui a pour lui le plus sincère attachement, et voit toutes les dames de la plus haute qualité ambitionner sa société. (Paris sous Louis XV, II p. 188). La duchesse d’Albantrès en a fait le portrait : Le marquis de La Vaupaillière était un homme excellent, sans aucun inconvénient d’esprit, mais aussi sans aucune supériorité. Il était bon, doux de caractère et fort sociable…Il était grand joueur, beau joueur… et il était bien amusant à entendre, surtout quand il parlait du mérite de telle ou telle maison, suivant celui du cuisinier ou du maître d’hôtel de cette maison. (Salons de Paris, I, pp. 263-264). Je vis un jour, dit M. de Rambuteau, chez la duchesse de Luynes, M. de La Vaupaillière perdre 70.000 francs. (Mémoires, pp. 26-27). Sur sa passion pour le jeu, lire Grimm (XI, p. 410), Correspondance secrète de Lescure (I, 330), Dufort de Cheverny (II, 43-44), Paris sous Louis XV (II, 209). (Woelmont, I, 509)] dont elle eut deux filles [Diane, née le 1er juin 1768 et Albertine, née le 24 février 1770, morte à 20 ans].


Page 106

Addenda à propos d'Anne-Louise-Caroline Goyon de Matignon

Anne-Louise-Caroline Gouyon de Matignon, comtesse de Gacé, née à Naples le 3 mai 1774, ondoyée le jour de sa naissance par Dom Marco Germogliese, aumônier de l'ambassade de France à Naples, baptisée le 10 octobre 1774 à Sainte Marie Madeleine, à Paris [P :: Claude Cumon, bourgeois de Paris ; M :: Étienette Phelypeaux, épouse du parrain].

 

Page 107

 à propos d'Anna-Louise-Charlotte-Alix de Montmorency.

Elle et son mari, Napoléon-Louis von Sagan de Talleyrand-Périgord (12 mars 1811 - 21 mars 1898) eurent quatre enfants :

·         Caroline-Valentine de Talleyrand-Périgord (12 novembre 1830 - 20 février 1913)

·         Charles-Guillaume-Frédéric-Boson von Sagan de Talleyrand-Périgord (7 mai 1832 - 21 février 1910), prince et duc de Sagan.

·         Marie-Pauline-Yolande de Talleyrand-Périgord (29 juin 1933 - ?)

·         Nicolas-Raoul-Aldabert de Talleyrand-Périgord, duc de Montmorency (20 mars 1837 - 25 mars 1915)

 

[1] Patronyme hypocharistique pour Bertrand ou Berthier.

[2] Veuve de Gabriel-Jean de Pleurre de Romilly (Conseiller au parlement de Paris en 1733, maître des requêtes en 1741 et intendant de La Rochelle en 1747) épousé en premières noces en 1742. Elle était la fille de Nicolas Lépineau, premier commis du contrôleur général des finances en 1702, et de Marie Morel. Ce fut Charles-Auguste qui, en cherchant du minerai de fer pour ses grosses forges, découvrit la mine de houille de Litry.

[3] Il eut pour parrain et marraine Louis-Philippe Ier, duc d'Orléans, et Diane-Jacqueline de Clermont d'Amboise. Il épousa en premières noces, en 1784, Élisabeth-Jacqueline Maignard de La Vaupalière (la fille de sa marraine) et, en secondes noces, Rose-Blanche-Fleurie-Aimée de Cyresme. Il devint colonel d’infanterie et décéda en 1840. Il était propriétaire du château de Balleroy en 1806 par concession que lui fit sa sœur, Thaïs-Pauline de La Cour, comtesse d'Hervilly.

[4] Alain Le Bihan, Francs-maçons parisiens du grand orient de France, Paris, 1966, XIX, p. 271.

[5] Selon l’abbé Dubois « Les affaires étrangères sont l’âme de l’État. »

[6] Nick Childs, New Light on the ‘Entresol’, 1724-1731: The Marquis de Balleroys’s ‘Histoire Politique de l’Europe’. Oxford University Press, 1990. J. Klaits, Men of letters and political reform in France at the end of the reign of Louis XIV. H.M.A. Keens-Soper, The French Political Academy, 1712, a school for ambassadors, Eur. StudRev., 2, 1972, 329-55. Journal et mémoires du marquis d’Argenson, Éd. E.J.B. Rathery (9 vol., 1859-67), i, 103. René d'Argenson, Essais dans le goût de ceux de Montaigne, III, p. 451.

[7] Familier du Cardinal de Fleury. Il avait conduit les négociations secrètes pendant la guerre de succession d’Autriche.

[8] Son grand-père était ambassadeur et il espérait un poste similaire. Il est l’auteur d’une Histoire politique de l’Europe que d’Argenson appelait Histoire des traités depuis celui de Vervins.

[9] Lieutenant général, colonel général des dragons, puis maréchal de France le 14 juin 1734. Il était le fils de Marie-Françoise Gouyon, voir p. 62.

[10] Beau-frère de Balleroy. Marie-Thomas-Auguste Gouyon, comte de Gacé (1684-1766), familier du duc de Bourbon, appelé marquis de Matignon, titre de courtoisie, à la suite du rachat de cette seigneurie à son cousin Charles-Maurice Grimaldi. Il fut chargé de mission diplomatique pour un mariage entre Louis, duc d’Orléans et une princesse de Bade (mai 1724). Il ne semble pas qu’il ait été membre d’une loge ni initié.

[11] Lié aux Orléans, perdants de 1723 lorsque le jeune duc ne put succéder à son père. Secrétaire aux affaires étrangères de 1744 à 1754. Auteur de l’Histoire du droit public ecclésiastique français. Balleroy et les deux frères d’Argenson étaient cousins germains par leurs mères qui étaient toutes deux des Caumartin.

[12] Envoyé spécial à Cadix, puis à Genève et à Hambourg..

[13] Ambassadeur au Danemark de 1729 à 1734.

[14] Neveu de l’ambassadeur de France à Londres, gendre du premier président au parlement de Paris. Il espérait un poste aux ambassades. C’est l’oncle de Caraman-François-Marie, comte de Broglie, qui écrivit un rapport négatif à Montesquieu après une audience avec la reine Caroline en 1730.

[15] Maître des requêtes.

[16] Auteur de  Cyrus, manuel d’éducation pour un jeune prince.

[17] Conseiller d’État, maître des requêtes. Représentant de la France au congrès de Baden et à celui de Cambrai.

[18] Capitaine de vaisseau, puis vice-amiral de la flotte de l’Atlantique.

[19] Conseiller au Grand Conseil. Ancien ambassadeur au Danemark.

[20] Conseiller d’État.

[21] Secrétaire des plénipotentiaires français au congrès d’Utrecht en 1713.

[22] Conseiller au parlement de Paris.

[23] Ambassadeur à Venise, puis avocat général au Grand Conseil. Il était fils de pharmacien.

[24] 1694-1757. Il fut ambassadeur en Suisse, en Pologne, à Venise, à Rome, et succéda à son oncle, le comte d'Argenson, comme secrétaire d'État de la Guerre du 1er février 1757 au 3 mars 1758. Il fut retraité comme ministre d'État.

[25] Charles-Louis (nommé par un mendiant !) de Secondat, baron de la Brède et de Montesquieu (1689-1755), conseiller au parlement de Bordeaux en 1714, président à mortier en 1716, moraliste, politologue, sociologue et philosophe. Il ne put obtenir un poste diplomatique du cardinal de Fleury.

[26] (1717-1797). Fils puîné du Prime Minister Robert Walpole, il était ambassadeur du Royaume-Uni à Paris.

[27] Henry Saint John, vicomte de Bolingbroke, partisan des tories (contre toute sa famille), membre des Communes, favori de la reine Anne qui le nomma secrétaire d’État de 1704 à 1708 et ministre des affaires étrangères en 1710. Il signa le traité d’Utrecht le 31 mars 1713. Il avait épousé la marquise de Vilette, nièce de Madame de Maintenon. Il écrivit en 1736 L’examen important de Milord Bolingbroke ou le tombeau du fanatisme ( !). Voltaire passa trente-six heures chez lui et fut favorablement impressionné par sa connaissance de la Bible, son érudition, son antisémitisme farouche contre la horde juive, et sa critique (pourtant simpliste) des religions du Livre, critique utilisant des raisonnements mathématiques, et qui semble bien avoir inspiré Madame du Châtelet. Il était lié au Dr John Arbutnot, mathématicien, membre de la Société Royale, médecin personnel de la Reine Anne, membre (peut-être Templier) du Scottish Masonic Order et ami du savant Français Jean-Théophile Desaguliers que l’on a dit fondateur de la Franc-maçonnerie. Lord Bolingbroke, Alexander Pope, John Gay, Jonathan Swift, Dr John Arbutnot et Thomas Parnell étaient membres du même Scliberus Club. Les anagrammes d’Arbutnot, dans le style maçonnique, et son accent écossais ont inspiré Swift dans ses voyages de Gulliver (Houyhnhnm). Swift et Pole étaient membres de la  BGLF... Goat-at-the-foot-of-the-Haymarket.

[28] René-Louis d’Argenson, op. cit.

 

 

Haut de page

11-12-12